Belhassan Trabelsi joue à action/vérité sur Attessia.
Background Image

Belhassan Trabelsi joue à action/vérité sur Attessia.

10 Jan 2017 11:37

Dire qu’une interview avec l’un des pontes de l’ancien régime était attendue relèverait du doux euphémisme tant l’opinion publique et sa grande tante la mémoire populaire avaient soif d’informations, de faits et de révélations à même d’éclairer des zones d’ombre presque aussi grandes que celles élisant domicile dans la conscience de Mustapha Ben Jaafar.

A 9 heures tapantes, la télécommande se charge elle-même de zapper vers la 9ème chaîne, espérant ne pas perdre une miette de ce rendez-vous avec l’histoire. Fausse alerte puisque la télécommande et votre humble serviteur tombaient nez-à-nez avec un feuilleton turc. Stupeur.

Renseignement pris, l’émission intitulée 21h commençait logiquement à 21h10. Sans round d’observation, le plateau de télévision entamait tambour battant l’interview avec l’éminent invité. Un invité visiblement bien préparé et manifestement décidé à faire trembler les filets adverses dès le premier quart d’heure. En effet, c’est un BT (à ne pas confondre avec la Banque de Tunisie… Oh wait !) posé et au propos sûr qui donne le coup d’envoi en dribblant avec panache toute tentative de localisation géographique, avant de livrer un témoignage poignant sur la regrettable décrépitude de son clan. Un clan injustement arraché à la félicité pour suffoquer indûment dans la mare de l’oppression.

En plus d’une bonne entame offensive, le Cuadrado de la Soukra fait preuve d’une belle solidité défensive doublée d’un fair-play à toute épreuve, puisqu’il a répondu sans broncher à l’ensemble des interrogations des assaillants du soir, à l’exception de celles qui ont semblé le gêner, à savoir toutes.

Une fois remis de ses émotions, il n’a pas manqué de procéder à la tant attendue reconstitution des évènements du 14 janvier 2011, non sans valeur ajoutée, puisqu’il n’a pas hésité à révéler à la face du monde ce qui était déjà de notoriété publique, se réservant pudiquement de rapporter le moindre élément nouveau. Sans doute pour ménager les cœurs les plus fragiles.

Au passage, l’ex homme fort du pays a courageusement profité de l’aubaine pour dénoncer la traîtrise éhontée de tous ceux qui ont précipité la chute de l’ex-président, prenant ce dernier et sa cour par surprise, au mépris de toute règle communément admise de chevalerie. Alors qu’il s’apprêtait à faire un exposé sur l’art et la manière de la transition du pouvoir politique, l’arbitre siffle la fin de la première période.

Suite à une pause pendant laquelle nous avons pu pleurer à en perdre haleine devant le VTR relatant les misères d’une famille qui refuse dignement d’assumer la conséquence de ses actes, la deuxième période reprend sur un récital de Belhassen Trabelsi qui dame le pion à tout le monde en retraçant dans le détail la Success Story qui fut la sienne. Un parcours exemplaire qui a bluffé tous les présents, tant par sa progressivité que par sa transparence.

Chose qui n’a pas manqué de provoquer les foudres d’un Imed Ben Halima déchaîné. Ce dernier n’hésitant pas à multiplier les tacles dangereux, profitant du laxisme du corps arbitral.

Au fil des minutes, et tension aidant, la fin de l’interview a été aussi brouillonne que le début fut fluide. Au bout du suspense, et tout en retenue, Belhassen Trabelsi clôt les débats en adressant deux lettres aussi émouvantes l’une que l’autre à ses successeurs à la tête du pays, les mettant devant leurs responsabilités face à l’Eternel puis face leur conscience (Mustapha Ben Jaafar aime ça), dans un bienvenu élan de piété qu’on ne lui soupçonnait pas. Enfin, la dernière lettre est adressée à sa famille qu’il enjoint de tenir bon malgré l’adversité et l’injuste acharnement du destin.

Ce soir, même si l’on sait autant sur ce qui s’est passé il y a près de six ans que sur la cure du cancer, on peut affirmer sans l’ombre d’un doute avoir assisté à un précédent planétaire : le triste spectacle d’une décence subissant un viol en réunion réussi par une seule personne.

404
source images:google images





Derniers Articles