Background Image

Un syndicat, un ministre, un bras de fer et un système éducatif en panne !

03 Jan 2017 13:45

On commence l’année 2017 en beauté, par des grèves ! Cette fois, il s’agit d’une journée de grève dans les lycées secondaires, sportifs et pilotes sur tout le territoire tunisien, prévue le jeudi 5 janvier 2017.

L’appel à la grève s’inscrit dans le cadre de la protestation contre le projet de création d’office des services scolaires et la volonté du ministère à impliquer davantage les parents d’élèves dans le processus éducatif a affirmé le secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire, Lassaad Yaakoubi.

La guerre continue et le bras de fer entre Neji Jalloul et le syndicat semble sans fin.

Dans tout ça, les élèves sont pris en otage dans un conflit auquel ils ne semblent pas comprendre grand-chose.

Chacun de son côté défend bec et ongles « sa » réforme avec pour objectif, l’amélioration de l’enseignement :

Le ministère de l’Education avait publié, le 29 novembre dernier, un communiqué dans lequel il avait annoncé qu’une circulaire régissant la vie scolaire des élèves et les conseils d’établissements éducatifs sera prochainement publiée.

De son côté, le secrétaire général du syndicat de l’enseignement supérieur a indiqué que de telles décisions, n’ont pour objectif que “d’envenimer” le climat au sein des lycées et collèges et de “nuire” à l’indépendance de l’école publique, soulignant que le syndicat continuera de défendre une école étatique et gratuite et “empêchera qu’elle devienne la cible de projets douteux”.

Il a aussi déclaré qu’une telle sentence “porte gravement atteinte au processus de la réforme éducative et touche à l’indépendance de l’école publique”.

Passons. L’enjeu est capital, surtout que le niveau scolaire n’arrive pas à redresser la barre et c’est l’avenir du pays qui en dépend. Rappelons que la Tunisie occupe la 65e place ex aequo avec le Liban, sur un total de 70 pays, dans l’évaluation PISA  (programme international pour le suivi des acquis des élèves) publié le 16 décembre 2016 par l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE).

Le site officiel de l’enquête fait savoir que l’enquête 2016 est axée sur les sciences alors que la précédente s’est focalisée sur les mathématiques : deux disciplines majeures et décisives dans la formation des jeunes.

Inquiétant ? C’est le moins qu’on puisse dire.

Qui blâmer ? Chacun semble se décharger de toute responsabilité.

Par contre ce qui est certain, c’est que le temps presse et qu’il faut trouver une solution à ce problème.

Un contexte éducatif en ébullition et une énième tentative de « sauvetage du système » .

Enseignants, inspecteurs, ministres, parents d’élèves et syndicalistes doivent collectivement, mettre fin à cette débâcle éducative.

 

Eya Cherif
source images:google images







Derniers Articles